Château de San Servando

Château de San Servando

Son origine remonte à la période arabe, un fait bien sûr et prouvé, mais il n’y a pas de preuves documentaires. Nous devons revenir aux années qui ont suivi la Reconquista pour avoir des données ponctuelles sur la forteresse. Le 11 mars 1088, le monarque Alfonso VI fonda un monastère dédié aux saints Servando et germano, fournissant des dons et des privilèges importants.

Les moines ont été forcés de quitter le monastère entre 1099 et 1010, en raison des attaques musulmanes constantes facilitées par leur situation à l’extérieur des murs. La Reine Urraca a cédé le bâtiment en 1113 à l’archevêque don Bernardo, qui appartenait à la cathédrale au moins jusqu’au début du XIIIe siècle. A partir de ce moment jusqu’à la fin du XIVe siècle, nous ne connaissons pas les avatars subis par le monastère, jusqu’à entre 1380 et 1389, après les guerres internectes entre Pierre I et son frère illégitime Enrique de Trastámara, il a été reconstruit par l’archevêque Pedro Tenorio.

Elle n’est pas demeurée en bon état pendant longtemps, puisque dans le XVIe siècle il semble qu’il est retourné à l’état actuel de ruine, ne pas être restauré mais il a été utilisé pour différentes fonctions, car il se compose de Polvorón en 1857. En 1873, en raison de son état déplorable, il est allé à la vente aux enchères pour un prix inférieur à 3 500 ₧ (€21), qui est originaire qu’il est intervenu dans 1874 la Commission provinciale des monuments déclarant au château National Monument, étant le premier château dans la péninsule de recevoir ces Dénomination. Diverses œuvres archéologiques réalisées en 1920 ont découvert plusieurs tombes médiévales.

Le bâtiment a été cédé en 1945 à la délégation de la jeunesse, qui a restauré le château à ses propres fins. Il est actuellement utilisé comme une auberge et une résidence universitaire.